16 sept. 17

    « Mettre en cohérence sa conscience avec la vie, c’est une toute petite victoire mais c’est une victoire. » Pierre Rabhi
Posté par Demeter à 09:27 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

15 sept. 17

    ...il interpréta legato un morceau de musique de la plus subtile matière, allègre, d'une sonorité pure dans les doubles cordes,  si affranchi de toute convention de sens et de style, qu'on eût pu le croire improvisé s'il n'avait été à ce point absolu dans son inachèvement. Tout un monde disparu avec la dernière note. Hochéa laissa retomber son bras et sourit tristement. Hubert Haddad 'Premières neiges sur Pondichéry'
Posté par Demeter à 16:02 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 sept. 17

  Zinnias   "Ce sont cependant les zinnias qui représentent vraiment la quintessence de cette fête bigarrée allant du plein été jusqu'aux prémices de l'automne... leurs multiples teintes représentent une veritable explosion de lumière, un feu d'artifice coloré. On voit les jaunes et les orangés les  plus vifs, les rouges  les plus gais, les violets les plus étonnants...on peut juxtaposer ces couleurs flanboyantes  et les mélanger à sa guise, elles demeurent... [Lire la suite]
Posté par Demeter à 19:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
26 août 17

    … au lieu de prendre la route principale, je m’enfonce dans d’humbles sentiers, fréquemment et avec plaisir. Je donne l’impression de m’être perdue et ce n’est peut-être pas qu’une impression : je me suis vraiment perdue. Mais, c’est là le chemin que requiert ce que tu cherches avec tant d’acharnement, un centre. Susanna Tamaro
Posté par Demeter à 09:36 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 août 17

  'Un jardin japonais 'éventail'  'La vie est un chemin de rosée dont la mémoire se perd comme un rêve de jardin. Mais le jardin renaîtra un matin de printemps, c'est bien la seule chose qui importe. Il s'épanouira dans une palpitation insensée d'éventails!' "Le peintre d'éventails" Hubert Haddad  
Posté par Demeter à 16:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
06 août 17

  Les voix de la nature "Un mythe estonien rapporte l'origine des voix innombrables de la nature par la venue du dieu du chant descendu un jour sur le Domberg. Chaque créature reçoit alors un f"ragment du chant célèste": la laine, son bruissement; le torrent, son rugissement; le vent apprit à répéter des sons stridents et les oiseaux, les préludes de leurs chants. Le poisson rouge essaya de lever les yeux le plus haut possible mais ses oreilles restèrent sous l'eau; il vit le mouvement  des lèvres du dieu et... [Lire la suite]
Posté par Demeter à 16:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 juil. 17

  Merci Nadine!  La marche induit peu à peu une sorte de transe, une douce fatigue qui imprègne les  muscles et libère l'esprit qui n'est plus assujetti à la rumination des soucis. Après quelques heures d'efforts, (...) la conscience s'élargit, elle développe une lucidité tranquille sur la progression, sur les incidents possibles du parcours, et elle est éveillée aux signes que lui adresse le lieu traversé. C'est une renaissance au monde. David Le Breton.
Posté par Demeter à 11:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
10 juil. 17

    « Dans De l’âme, je n’ai pas seulement réhabilité l’âme, j’ai réhabilité la vie cachée de chacun. Ordinairement, on ne juge une existence qu’à travers ses actions ou ses œuvres nées de l’esprit. Tout le reste est considéré comme quantité négligeable. Je montre qu’au contraire, la vie réelle de chaque individu, c’est la vie de son âme. Chacun redécouvre ainsi sa propre existence. » François Cheng
Posté par Demeter à 17:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
05 juil. 17

    'S'émerveiller de ses mystères rend le forêt plus profonde même le chemin n'en revient pas.' 'Un silence de verdure'
Posté par Demeter à 07:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 juin 17

  Quiconque veut comprendre les êtres humains devra accrocher la toge doctorale, dire adieu aux études et se mettre à marcher au milieu du monde le cœur ouvert. Là, au milieu des horreurs de la prison, de l'asile et de l'hôpital, dans les tavernes, les bordels et les tripots, dans les cercles élégants et à la bourse, dans les assemblées socialistes, dans les églises et dans les réunions de sectes, à travers l'amour et la haine, à travers l'expérience de la passion dans sa propre chair, il trouvera, sous toutes ... [Lire la suite]
Posté par Demeter à 19:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]